Conakry: Lancement du projet intitulé « 50 Millions de Femmes Africaines ont la parole »

26/2/2020

Mardi 25 février, le gouvernement guinéen à travers le ministère de l'action sociale de la promotion féminine et de l'enfance en collaboration avec la Communauté Economique de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et sous le financement de la Banque Africaine du Développement (BAD) a fait le lancement de la Plateforme « 50 millions de Femmes Africaines ont la Parole.

Le thème de cet évènement s’articule autour de « l'entreprenariat Féminin au cœur de l'action Gouvernementale ».

Dans son intervention la coordinatrice du projet Batoulou Kaba a, au nom du ministre de l'action sociale, ébauché le but de ce projet en faveur des femmes guinéennes.

« Ce projet a vocation sous régionale est une plateforme numérique dynamique pour les femmes entrepreneurs. Il a pour objectif de contribuer à l'autonomisation économique des femmes entrepreneurs grâce à l'utilisation de la Plateforme pour le développement des entrepreneurs, d'apprentissage entre les paires, le transfert de connaissance, le partage d'information entre la communauté », a-t-elle souligné.

Prenant la parole, M. IBRAHIM Funsho Oladele Conseiller Politique, Chargé d'Affaires du bureau de la Représentation Permanente de la Commission de la CEDEAO en Guinée a expliqué le processus de mise en place de cette nouvelle plateforme.

« Il y a de cela quelques mois, nous avions tous apprécié les résultats de cette étude continentale menée par la Banque Africaine de Développement qui a fait état de ce que, dans plusieurs pays africains, on observe une quasi-parité hommes-femmes dans le domaine de l'entreprenariat », a dit M Funsho, avant d’ajouter que « cette étude nous a également révélé que les femmes entrepreneurs demeurent confrontées à certains obstacles liés au genre, notamment la faiblesse d'instruction et de formation entrepreneuriale, des barrières juridiques qui compromettent leurs activités économiques, ou encore des barrières culturelles qui entravent leur avancée dans les affaires ».

Selon lui, « il est difficile aux femmes, du fait de ces contraintes, d’accéder aux services financiers et non financiers. Ce qui affecte énormément la taille et la prospérité des entreprises initiées par les femmes sur le continent ».

Ainsi, le représentant de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest en Guinée dira que « c'est au regard de ces différents constats que les 15 Etats membres de la CEDEAO ont accepté accueillir et mettre en œuvre le projet dénommé «50 Millions de Femmes Africaines ont la parole ».

Pour finir la repentante du ministre de l'action sociale de la promotion féminine Hadja Mariame Camara a mis en profit la compétence des femmes dans le processus du développement.

Incontestablement dit-elle, « les femmes recèlent des compétences à mettre au profit de la nation. Ainsi leurs autonomisation, la possibilité pour elles d'exercer pleinement tous leurs droits fondamentaux et l'élimination de la pauvreté sont des facteurs déterminants du développement économique et sociale y compris la réalisation des objectifs de développement et l'agenda 2063 de l'Union Africaine (UA) ».

Ibrahima Sory Camara
Pour www.conakrylive.info

COMMENTAIRES

Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.