PECHE ET AQUACULTURE: en 2018, les redevances de la pêche industrielle étaient de 6,9 millions de dollars

30/7/2019

Les redevances générées par la pêche industrielle ont été estimées à 66 milliards de francs guinéens (GNF, monnaie locale), soit 6,9 millions de dollars en 2018, contre 10 milliards de GNF, soit moins d’un million de dollars en 2010, a annoncé lundi, le ministre de la pêche, de l’aquaculture et de l’économie maritime Frédéric Loua, au cours d’une conférence de presse.

Ce fonds versé dans les comptes du trésor public représente la contribution du secteur de la pêche industrielle à l’économie nationale, dans le cadre du développement socioéconomique du pays.

Depuis huit ans, le gouvernement guinéen en collaboration avec les partenaires étrangers a engagé des efforts pour redresser le secteur de la pêche de l’aquaculture, afin de lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non règlementée (INN).

Au nombre des reformes, le ministre de la pêche a cité la promulgation du nouveau code de la pêche maritime, la mutualisation des moyens de surveillance avec la préfecture maritime, la marine nationale et les ONG internationales.

En ce qui concerne le niveau de consommation en poissons de la population guinéenne, le ministre Loua a précisé que les campagnes d’évaluation des stocks halieutiques ont permis d’estimer, la biomasse et le potentiel des principales espèces qui représentent 395 mille tonnes en 2019, contre seulement 109 mille tonnes en 2009.

A l’échelle des ménages guinéens, la consommation en poisson est estimée de nos jours à 24 kilogrammes par habitants et par an, contre 13 kg par habitant et par an les années précédentes.



Pour le développement de la pêche maritime, le gouvernement a mis en œuvre plusieurs projets et programmes allant dans le sens d’amélioration et de valorisation des activités de pêches et de l’aquaculture dans le pays.

M. Frédéric Loua a affirmé qu’il a été procédé à la construction et à l’équipement des points de débarquement, le projet d’aménagement du port de pêche artisanale de Kaporo (en banlieue de Conakry) avec un financement de plus de 1,2 milliards de yens, soit 11 millions de dollars.

Dans cette même dynamique, le gouvernement et ses partenaires ont mis en œuvres le programme régional des pêches en Afrique de l’ouest (PRAO) pour un montant de 15 millions de dollars pour l’augmentation des bénéfices tirés de l’exploitation des ressources halieutiques.

En octobre 2016, vus les efforts consentis par le gouvernement pour le redressement de son secteur des pêches, la Guinée a été retirée de la liste de l’Union européenne (UE) des pays tiers non coopérants en matières de lutte contre la pêche INN.

Dans le soucis de couvrir le pays en terme de poisson pour la consommation des populations, le gouvernement compte faire des efforts pour le développement de la pisciculture dans plus de 176 villages, la structuration de la profession de pisculture dont le nombre est estimé à plus de 2 000 personnes ainsi que la formation de plus de 700 jeunes diplômés qui seront employés dans le secteurs de la pêche et de l’aquaculture.

Lansana Camara
www.conakrylive.info

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

Guinée : le chef de l'Etat s'oppose à l'adoption d'une loi autorisant la polygamie http://www.conakrylive.info/fichiers/blog16.php?code=calb9365&langue=fr&type=rub17







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.