POLITIQUE: les partis de l’opposition décident d’empêcher l’organisation des prochaines législatives

24/12/2019

Réunis en session ordinaire de concertation au QG (Quartier général) de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, deuxième force politique du pays), les partis politiques de l’opposition ont décidé lundi, d’empêcher l’organisation des prochaines élections législatives prévues pour le 16 février 2020.

Dans sa déclaration, le chef de file de l’opposition et président de l’UFDG Cellou Dalein Diallo a affirmé que le pouvoir actuel prépare "une mascarade électorale avec un fichier qui ne reflète pas l’état actuel des électeurs guinéens".

Selon lui, d’un côté la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et ses démembrements ont enrôlé des enfants mineurs dans les fiefs du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG, parti au pouvoir), tout en créant des conditions d’obstruction à l’enrôlement des citoyens dans les fiefs de l’opposition.

Donc dit-il, "nous rejetons ce fichier électoral et nous avons décidé de ne pas participer au processus électoral", avant d’ajouter que les partis de l’opposition n’accepterons pas qu’une élection bâclée et basée sur ce fichier soit organisée.

Compte tenu des conditions non transparentes autours du processus électoral, le président de l’UFDG a précisé qu’il ne s’agit pas d’un boycott des élections législatives du 16 février prochain par l’opposition, mais d’une stratégie empêchant la tenue du scrutin électoral jusqu’à ce que les constituions de transparence soient réunies à tous les niveaux.

Parmi les conditions, il a évoqué le fichier électoral qui doit refléter fidèlement l’état du corps électoral guinéen, capable de voter le moment venu.

En outre, M. Diallo a aussi exigé l’achèvement des élections locales avec l’installation effective des chefs de quartiers et chefs de districts dans toutes les régions du pays, en fonction du quota obtenu par chaque parti politique lors des dernières élections locales.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition a demandé le remplacement de l’actuel président de la CENI Salif Kébé par un nouveau président compétant, neutre et impartial, capable de diriger le processus électoral.

A propos de la récente annonce du président guinéen Alpha Condé pour la révision de la constitution, Cellou Dalein Diallo a annoncé que les formations politiques de l’opposition "n’accepterons pas un changement de la constitution guinéenne" et qu’ils mettront tout en œuvrer pour que le chef de l’Etat renonce à sa démarche de changement de la constitution.

Pour y parvenir, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC, composé de partis politiques et la société civile) continuera à mener le combat contre tout changement de l’actuelle constitution qui pourrait permettre à Alpha Condé de s’éterniser au pouvoir, a-t-il expliqué.

"Dans une certaine mesure, cette mascarade électorale a un lien étroit avec le changement de la constitution", a conclu Cellou Dalein Diallo.

Il rappelle que le FNDC compte organiser une manifestation de rue à Conakry et dans les villes de l’intérieur du pays, le 26 décembre prochain.

Lansana Camara
www.conakrylive.info

COMMENTAIRES

Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.