PRESSE : formation de 40 journalistes sur la liberté de la presse et sécurisation en période électorale

31/1/2020

En prélude aux prochaines élections législatives, la sécurisation des hommes de medias à cette période préoccupe les autorités du pays. C'est dans cette dynamique que le ministère de l'information et de communication à travers le Centre de l'information et de la Communication (CFPTIC) a organisé vendredi 31 janvier, un atelier de formation de deux jours sur le thème « Liberté de la presse et sécurisation des journalistes en période électorale ».

Ladite formation a regroupé environ 40 journalistes vénus des medias privés et publics du pays.

Le Directeur général du centre de formation Abdoulaye Djibril Diallo a rappelé le contexte de la formation en affirmant que « cette rencontre se tient à un moment particulièrement expressif de la monté intolérable des discours de va t-en guerre et des propos préjudiciables à l'Unité Nationale et à la paix. Dans un tel contexte, la presse libre responsable reste la clé de voute pour relever les défis. Car, il ne faut perd pas perdre de vue, que liberté de la presse ne signifie pas absence des lois et abus du pouvoir public contre les hommes de medias. Un journaliste bien informé est celui qui choisit les places des mots, qui décidé de l'opportunité de leur diffusion, qui respecte l'éthique et la déontologie et reste convaincu que les mots mal placés peuvent faire basculé une société. Tout comme lui, le magistrat bien formé et celui qui sait interpréter les lois et qui agit avec discernement pour ne pas confondre dépénalisation de délit de presse et emprisonnement du journaliste au grande dame des actes démocratiques. C'est dans le même contexte qu'un agent de sécurité, un gendarme bien formé protège le journaliste dans l'exercice de son métier au nom du droit à l'information de la population »

Le ministre de l'information et de la communication, Amara Somparé s'est réjoui de cet atelier.

Pour lui, « les médias et les forces de sécurité sont des acteurs essentiels pour construire la paix et assurer la sécurité en particulier en période électorale et dans les contextes des conflits électoraux ».

Il ajoute « nous avons conscience que les medias favorisent à la fois la responsabilité d'un acteur et la transparence du processus ».

A noter que cette initiative a été financée par l'Ambassade du Royaume-Uni en Guinée.

Ibrahima Sory Camara

Pour www.conakrylive.info

COMMENTAIRES

Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.