Blocs 1 et 2 Simandou : signature de deux conventions du projet de construction d’infrastructures ferroviaires et portuaires

13/11/2020

Deux conventions de projet de construction ferroviaire et portuaire ont été signées jeudi, entre le ministre des mines et de la géologie et les responsables de la société minière winning consortium Simandou, en présence des Ministres des Transports et de son homologue du Budget, les représentants de la société WCS et une délégation de l’Ambassade de la République Populaire de Chine en Guinée.

Ainsi selon les autorités du ministère des Mines et de la Géologie, la finalisation de ces deux conventions complète le cadre d’investissements du projet des Blocs I et II de Simandou, et constitue une base solide pour l’avancement du projet de Simandou par Winning Consortium.

Dans une note technique sur le projet, il a été signalé que WCS construira une voie ferrée d’environ 650 kilomètres et plusieurs autres infrastructures pour l’exploitation de la mine de fer de Simandou.

C’est pourquoi, pour l’exploitation de la mine de fer de Simandou, située dans la partie sud-est du pays, le consortium Winning compte construire une ligne de chemin de fer d’une longueur de 650 à 679 km qui va relier la mine au port en eau profonde, d’une capacité de 80 millions de tonnes par an, situé dans la préfecture de Forécariah, au sud-ouest du pays.

Pour ce faire, le coût global du projet estimé à 16 milliards de dollars US pour la mine, les infrastructures et les coûts associés, en plus du montant d’un milliard de dollars US pour la construction d’une aciérie.

Selon la note technique du projet, les infrastructures portuaires seront réalisées à hauteur d’un milliard de dollars US, alors que la construction de l’infrastructure ferroviaire va coûter 5,5 milliards de dollars.

En ce qui concerne les équipements et installations de la mine, le coût prévisionnelle est de 1,5 milliard de dollars, alors que pour la phase II du projet d’extension de la capacité de la mine, du port et au doublement de la voie ferrée, il est prévue un investissement de 7 milliards de dollars.

L’aciérie d’une capacité de 500 000 tonnes, sera construite avec un financement d’un milliard de dollars.

Par ailleurs, l’autre avantage pour la Guinée dans l’exploitation de cette mine de fier de Simandou, c’est que le chemin de fer, le matériel roulant et les infrastructures portuaires seront transférés gratuitement à l’Etat, à la fin de la durée des conventions, soit dans 35 ans.

A propos de l’emploi pour les jeunes guinéens, le projet créera 1 360 emplois à temps réel pendant la phase de recherche. En phase de construction, le projet prévoit la création de 30 000 emplois directs et 10 000 emplois durant la phase d’exploitation.

"Sur la base des hypothèses retenues, les revenus directs de l’Etat sont estimés à 15,5 milliards de dollars US sur la durée de la convention de base (25 ans) du projet des blocs 1 et 2 de Simandou", indique-t-on dans la note technique du projet.

Le projet permettre aussi de booster le développement local, notamment des zones traversées par le chemin de fer et les zones d’implantation de la mine et du port maritime, avec un corridor agricole qui sera développé le long de la Transguinéen, avec le financement des projets porteurs de croissances.

Classée deuxième pays exportateurs de bauxite dans le monde, la Guinée peut, avec ce projet considéré comme le plus grand projet minier au monde, faire son entrée dans le club des pays exportateurs de minerais de fer, au niveau mondial.

Lansana Camara
Pour www.conakrylive.info

COMMENTAIRES

Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.