Fête Internationale du travail : Yvonne Koumbassa appelle les syndicalistes à une union sacrée

2/5/2021

A l’occasion de la célébration de la fête internationale du travail ce samedi 1er mai, les syndicalistes guinéens ont interpelé le gouvernement et le patronat sur les conditions de vie de tous les travailleurs dans le secteur public et privé du pays.

Ainsi, notre rédaction a tendu son micro à une syndicaliste pour parler de la l’unité syndicale et de le lutte que les centrales mènent pour améliorer les conditions des travailleurs.

En sa qualité de Secrétaire générale adjointe de la FESABAC, Marie Yvonne Koumbassa estime que cette fête ne doit pas être une simple occasion de danser ou de chanter.

« Vous savez dans quel contexte nous célébrons ce 1er mai. Depuis deux ans le contexte ne nous permet pas de fêter la journée internationale du travail, à cause de maladie pandémique. Aujourd'hui il y a la maladie Ebola qui s'ajoute à Coronavirus. Mais qu’à cela ne tienne, nous les syndicalistes nous défendons les travailleurs mais on ne peut pas défendre les travailleurs si nous ne parlons pas d'une seule voix. Je parle d'une seule voix pourquoi, le gouvernement parle d'une seule voix, le patronat parle d'une seule voix pourquoi pas le mouvement syndical ? Nous devons parler une seule voix pour défendre l'intérêt des travailleurs et travailleuses qui comptent aujourd'hui sous le mouvement syndical guinéen. Nous devons nous remettre en cause, aujourd'hui ce 1er mai c'est n'est pas une fête qu’on doit danser, c'est ne pas une fête qu'on doit chanter nous devons regarder le passé qui a affecté aujourd'hui le mouvement syndical, qui est mort aujourd'hui parce que nous sommes divisés et nous sommes égoïstes, », a-t-elle regretté.

Poursuivant, elle souligne également que « pourquoi je dis ça, parce que nous avons été élus par les travailleurs, nous avons été élus par le peuple pour parler en leurs noms, en leurs voix devant le patronat et le gouvernement. Qu'est ce qui nous empêche aujourd'hui pour la fête du 1er mai de nous donner les mains, de conjuguer le même verbe, de laisser l’égoïsme de côté pour regarder que la nation, que les travailleurs et travailleuses de Guinée », s'interroge elle.

Propos recueillis par
Ibrahima Sory Camara
621269981

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.