Guinée /Economie: le taux de croissance économique a baissé de 6% à 5,2%

14/11/2020

En raison de l’impact du COVID-19 sur les activités économiques et commerciales dans le pays, le taux de croissance économique est passé de 6% à 5,2%, a dit jeudi, le ministre guinéen du Budget Ismael Dioubaté, lors de la session parlementaire consacrée à l’examen de la Loi de finances rectificative 2020.

Pendant ce temps, le taux de l’inflation moyenne a atteint deux chiffres, soit 10,2%, contre 8,6% initialement projetée.

Le ministre du budget a révélé que l’augmentation des dépenses publiques de l’Etat guinéen pour cette année 2020 s’explique par l’application des mesures du plan d’urgence de riposte contre la pandémie de coronavirus, dans le volet sanitaire, social et économique.

Ainsi, dès la déclaration officielle du premier cas de COVID-19 en Guinée le 12 mars 2020, le gouvernement guinéen a réagi en apportant des moyens financiers importants afin de faire face à la menace, avec l’achat de matériels de protection et la mise en place d’un plan global de riposte et de prise en charge des patients.

Dans le projet de Loi de finances rectificative, les recettes de l’Etat y compris les dons sont estimées à plus de 21 mille milliards de francs guinéens soit 2,2 milliards de dollars US contre une prévision initiale de près de 22 mille milliards de francs guinéens, soit 2,3 milliards de dollars américains.

A cause du faible niveau des recettes minières du au ralentissement des activités dans le secteur minier guinéen en cette période de pandémie, les recettes fiscales ont connu une baisse de plus de 957 milliards de francs guinéens soit plus de 100 millions de dollars US (37%), contrairement à la Loi de finances initiale 2020.

Par ailleurs, le ministre a affirmé que les impôts sur les personnes physiques ont baissé de 11 % et ceux sur les bénéfices des sociétés et autres entreprises enregistrent un manque à gagner de 32%.

Les dons obtenus de la Banque mondiale sont estimés à 110 millions de dollars américains, avec l’Union européenne 49 millions de dollars, avec l’Agence française de développement (AFD) pour 24 millions de dollars et avec la Banque africaine de développement (BAD) 4 millions de dollars américains.

Comparativement aux recettes, les dépenses ont connu une augmentation de 0,4% sur le budget initialement prévu.

www.conakrylive.info

COMMENTAIRES

Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.