SOCIÉTÉ : Les acteurs de la société civile interpellent les autorités sur l'application de protocole de Maputo

26/3/2021

En 2003, les pays africains ont pris un engagement devant l'Union Africaine relatif à la santé reproductive et les droits des femmes. Depuis lors, peu d'efforts sont fait pour le respect de cet engagement vis-à-vis de la couche féminine.

Dans le souci d’interpeler les autorités publiques sur cette réalité touchant les femmes, le Réseau des Médias Africains pour la Promotion de la Santé et l'Environnement (REMAPSEN) a organisé jeudi 25 mars à Conakry, un forum National sur l'imprégnation des hommes et femmes des médias en DSSR au tour du thème " l'avortement clandestins", comme pour amener les pouvoirs publics à respecter ses engagements.

Dans son intervention, le Coordinateur du Réseau en Guinée Moussa Iboun Conté a expliqué les motifs réels de l’organisation de cette rencontre qui a regroupé plusieurs acteurs de la société civile et des médias.

« L’objectif est de sensibiliser, de développer la visibilité des pouvoirs publics sur l'application de leurs engagements internationaux concernant le sujet très sensible relatif aux droits des femmes et des jeunes filles à la santé et la reproduction », a dit M. Condé, avant d’ajouter que « c’est pour cette raison que les hommes et les femmes de médias ont été mobilisés pour essayer de leurs présenter les enjeux et défis liés au respect des droits des femmes à la santé ».

Poursuivant, il dira que « c'est une action de plaidoyer qui va commencer au terme de ce forum vers le pouvoir pour qu'on crée des conditions de transposition de certains thèmes de protocole de Maputo dans la législation guinéenne qui prend en compte un certain nombre des factures de certaines conditions qui soutiennent l'avortement sécurisé », a laissé entendre M. Iboun Conté.

Le formateur Ibrahima Sékou Sow a, pour sa part, fait ressortir le rôle des médias dans l'application dudit protocole.

« Vous savez que les médias constituent aujourd'hui un outil incontournable dans la vie de nos sociétés, que ça soit le secteur de la santé, de l'environnement, de l’économie, pour amener les gens à adopter des comportements à moindre risque dans le domaine de la santé », a mentionné M. Sow.

Pour lui, il est « indispensable de faire amener des institutions républicaines et le gouvernement pour adopter des lois et respecter les engagements au niveau national et international ».

Et de renchérir « alors c'est dans ce cadre qu'on peut parler des protocoles de Maputo dans le cadre de la santé de la reproduction et de droits de la femme. Car notre pays a ratifié ce protocole et il faut qu'il l’applique dans toute sa mesure notamment dans l'article 14 pour que les femmes puissent avoir accès à la planification familiale, que les femmes soient protégées, que les jeunes filles et tout le monde s'implique et retrouve sa place dans la société au même titre que les hommes », indique l'expert.

Enfin, la porte-parole des participants Maciré Camara a rassuré les organisateurs et acteurs engagés pour la promotion des femmes, de l'adhésion des médias à travers un engagement ferme à cette initiative afin qu'elle soit respectée dans le pays.

« Nous médias, nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour sensibiliser les populations et les autorités sur les droits de la santé sexuelle et reproductive à savoir les méfaits de l'avortement clandestin. Nous nous engageons à mener des plaidoyers pour la vulgarisation du protocole de Maputo par les autorités guinéennes ».

A noter que ce sont dix journalistes issus de différents organes de presse et quinze acteurs de la société civile guinéenne qui ont pris part la rencontre.

Ibrahima Sory Camara
Pour www.conakry.info

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.