Une jeune médecin burkinabé veut valoriser le Bouye local

4/5/2021

Au Burkina Faso, Marina Régine Ouedraogo a monté un projet de valorisation du jus de baobab, un fruit local aux multiples vertus nutritives.

Tunis (dpa) - « Je suis fière que mon entreprise existe déjà et qu’elle poursuive son bout de chemin. Tout ce que j’espère actuellement, c’est de la voir prospérer », s’enthousiasme Marina Régine Ouedraogo, promotrice de la marque burkinabè « Bouye juice ». Du haut de ses 25 ans, cette étudiante en médecine à l’université Saint Thomas d’Aquin, à Ouagadougou, a lancé sa startup, en mai 2020, dont l’objectif est de produire du jus de pain de singe avec des saveurs fruitées.

Si Marina a osé se lancer dans ce projet, c’est pour valoriser davantage ce produit qui, selon elle, n’est pas assez agrémenté et proposer un jus différent du jus classique, avec plusieurs saveurs, tout en étant bio. « Communément appelé bouye, en wolof, le fruit du baobab connu sous le nom de pain de singe est un aliment très riche en vitamines C, en calcium, en potassium, en fer, en fibres et en magnésium. Il reste malheureusement peu valorisé dans nos contrées », déclare Marina dans un entretien accordé à la dpa.

« Chez Bouye Juice, nous veillons à respecter le produit naturel sans additifs chimiques. Nous souhaitons offrir à nos clients une nutrition consciente et saine pour leur bien-être », ajoute-t-elle. C’est durant sa formation en médecine que la jeune burkinabè a commencé à réfléchir à ce projet : « j’ai ressenti de l’empathie envers les malades qui suivent un régime strict sans glucose, raison pour laquelle, j’ai souhaité leur proposer un jus de pain de singe sans sucre qui soit en même temps savoureux et agréable à la bouche ». Bien qu’elle jongle actuellement entre ses études en médecine et ses activités à la tête de sa startup, Marina compte donner le meilleur d’elle-même pour pérenniser sa marque.

Actuellement, elle est en quête de fonds en vue d’acquérir le matériel et l’équipement nécessaire à la production continue du jus. Son rêve est de créer une chaine de production industrielle afin de pouvoir exporter ses produits aux autres pays de l’Afrique et générer des milliers d’emplois pour les jeunes et les femmes. Marina ambitionne aussi de faire de sa marque « un vecteur de la nutrition consciente » pour le bien-être des populations.

Source: dpa

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Votre message a t envoy!
Merci pour votre intrt.