BM : L’Afrique subsaharienne sort de la récession en 2021

9/10/2021

« Un accès aisé et équitable à des vaccins anti-Covid-19 sûrs et efficaces est essentiel pour sauver des vies et renforcer la relance économique en Afrique », selon la Banque mondiale.

L’Afrique subsaharienne devrait sortir de la récession causée par la pandémie de Covid-19, avec un taux de croissance attendu à 3,3 pour cent en 2021. C'est une progression d’un point de pourcentage par rapport aux prédictions d’avril 2021, selon la dernière édition du rapport « Africa’s Pulse », une analyse semestrielle des perspectives économiques dans la région, publié par la Banque mondiale (BM).

À l’heure actuelle, ce rebond tient au prix élevé des matières premières, à l’assouplissement des mesures mises en place pour lutter contre la pandémie et la reprise du commerce international, a-t-on indiqué de même source. La relance reste néanmoins fragile, en raison du faible taux de vaccination sur le continent, des préjudices économiques prolongés et du manque de dynamisme de la reprise, a-t-on ajouté.

En 2022 et 2023, la croissance devrait avoisiner les 4 pour cent, accusant un retard dans la relance par rapport aux économies avancées et aux marchés émergents, reflet d’un investissement en berne en Afrique subsaharienne, a-t-on poursuivi. « Un accès aisé et équitable à des vaccins anti-Covid-19 sûrs et efficaces est essentiel pour sauver des vies et renforcer la relance économique en Afrique », a expliqué Albert Zeufack, économiste en chef pour la région Afrique à la BM. « Un déploiement plus rapide des vaccins permettrait d’accélérer la croissance régionale pour l’amener à 5,1 pour cent en 2022 et 5,4 pour cent en 2023, l’allègement des mesures de confinement stimulant la consommation et l’investissement », a-t-il précisé.

En outre, grâce à des politiques monétaires et budgétaires prudentes, le déficit budgétaire régional, qui s’élève à 5,4 pour cent du PIB en 2021, devrait baisser pour atteindre 4,5 pour cent du PIB en 2022 et 3 pour cent du PIB en 2023. Les auteurs d’Africa’s Pulse ont recommandé aux pays d’enclencher leurs transitions vers des modèles économiques moins polluants, de la même manière qu’ils ont su saisir l’occasion offerte par la pandémie pour lancer des réformes. Cette transition leur offrira des bénéfices à long terme, en réduisant les aléas naturels et en créant des opportunités de développement économique.

Le rapport a souligné les défis propres au contexte africain, caractérisé par un faible développement de base, des vulnérabilités climatiques préexistantes, un accès limité à l’énergie ainsi qu’une forte dépendance aux secteurs sensibles au climat.
dpa

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.