Côte d’Ivoire : Des jeunes formés pour lutter contre les discours de haine

30/9/2021

En Côte d’Ivoire, les réseaux sociaux, notamment Facebook, sont les « lieux privilégiés d’expression de la haine en ligne ».

La lutte contre les discours de haine et les « fake news » sur les réseaux sociaux en Côte d’ivoire a fait l’objet d’une formation dispensée à des jeunes « influenceurs » dans ce pays ouest-africains. La formation, organisée du 22 au 26 septembre à Grand-Bassam (Sud), fait partie d’une initiative quinquennale intitulée « Résilience pour la Paix » (R4P) financée par l'USAID et mise en œuvre par Equal Access International (EAI), une ONG américaine œuvrant dans la communication dynamique pour le changement social.

L’initiative a pour objectif de renforcer la résilience communautaire et l'apprentissage, en particulier des femmes et des jeunes, afin de contrer et prévenir l'extrémisme violent dans les régions frontalières du Nord de la Côte d'Ivoire. Les participants à la formation ont été outillés notamment sur la gestion des réseaux sociaux, la sécurisation de compte de réseaux sociaux et la prise d’image, ainsi que sur des questions de gouvernance et de résilience communautaires, a rapporté l’Agence ivoirienne de presse (AIP).

« Une fois formés, ces jeunes seront des acteurs majeurs dans le cadre du projet de Résilience pour la paix. Ils seront des relais sur le terrain pour partager avec les autres jeunes les acquis de cette formation », a indiqué le chargé de communication digitale de l’EAI, Koné Karna, cité par l’AIP. Ils seront engagés à contrer les « fake news » en publiant des articles et des contenus sur les réseaux sociaux et en partageant les informations pour apaiser les discours haineux. En Côte d’Ivoire, les réseaux sociaux, notamment Facebook, sont les « lieux privilégiés d’expression de la haine en ligne », a-t-on fait remarquer.

Selon l’EAI, l’initiative R4P favorisera un « écosystème contre l’extrémisme violent » en renforçant les structures de résilience communautaire et en créant des opportunités d'autonomisation civique et économique pour les communautés frontalières à risque, et ce, grâce à l’amélioration de la gestion des ressources naturelles et de la prestation et réactivité des services gouvernementaux.

Ses activités « permettront d’éduquer les citoyens et de favoriser les réseaux de dialogue et les rencontres publiques pour renforcer la confiance de l’ensemble de la communauté, d’accroître les récits positifs, de générer des connaissances et un apprentissage parmi les communautés locales sur les concepts de lutte contre l’extrémisme violent, tandis que l’autonomisation économique et les approches positives de développement des jeunes amélioreront leur employabilité ».

dpa

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.