Fermeture des cliniques privées clandestines : l'ACPG demande la mise en place d'un nouvel Ordre National des Médecins de Guinée

30/8/2021

Lors du conseil des ministres tenu récemment à Conakry, le président Alpha Condé a instruit le ministre de la santé de procéder à l'identification et à la fermeture de toutes les cliniques qui ne répondent pas aux normes. Pour le président de la Fédération Nationale des Cliniques Privée de Guinée (ACPG) Dr Golé Beavogui, cette décision est salutaire. Car selon lui, dans le secteur de la santé guinéen, il y a trop de désordre. Il a dit lors d'un entretien accordé à notre rédaction, à son siège à Kobayah, dans la Commune de Ratoma.

Selon lui le secteur de la santé en Guinée est pollué ces derniers temps « la fédération a tenu une réunion récemment au ministère de la santé pour manifester notre adhésion aux idéaux du président de la République. Parce que la profession médicale privée en Guinée est polluée, il faut l’assainir », a dit le président de l’ACPG.

Par ailleurs, il sollicite l'implication du ministère de l'administration du territoire qui donne l'agrément aux demandeurs même s’ils ne sont pas des professionnels.

« En tant que président de la Fédération Nationale des Cliniques privées de Guinée, j'aurais voulu quand je dis que l'atmosphère est polluée, c'est qu'il y a un certain nombre de thématiques, de problématiques, liées à la création des cliniques privées. J'aurais voulu la mise en place d'un Ordre National des Médecins de Guinée. Parce que vous n’êtes pas sans savoir que l'ordre national des médecins de Guinée mis en place depuis 2002 ne fonctionne pas par manque de légitimité. Il faut un caractère inclusif de tous les médecins pour se retrouver dans un nouvel ordre national des médecins de Guinée. Il faut alors organiser de la base au sommet l'ordre national des médecins de Guinée. Organiser une élection à caractère inclusif de tous les médecins Guinéens. Des préfectures aux régions, des régions au niveau national dans le but d'assainir le secteur de la médecine privée », a-t-il dit.

Dans la même lancée, il a fait une proposition au gouvernement pour corriger toutes ses anomalies dans le secteur « donc l'absence de cet ordre à provoquer le désordre dans la corporation médicale en Guinée et les problèmes sont d'ordre privé et publique. C'est son absence qui fait que chacun, les étrangers mettent les réalités sur les réseaux sociaux et qui énervent Mr le Président de la République qui a donné des instructions à son ministre de la santé qui a pris le problème au sérieux. Mais en réalité, de mon point de vue c'est d'organiser des élections des ordres des médecins. Quand je dis les ordres des médecins, les ordres préfectoraux, régionaux et l'Ordre National des Médecins. C'est l'institution qui a une dépendance directement à la présidence », indique-t-il.


D'ailleurs il est revenu sur quelques problèmes relatifs à la délivrance des agréments du ministère de l'administration du territoire.

« Ma proposition, c’est de retirer les agréments et renouveler les agréments de la pyramide sanitaire privée. C'est-à-dire, des polycliniques, aux cliniques , ils ne devraient pas avoir les mêmes agréments et des cabinets de soins infirmiers appartenaient aux infirmiers , et aux cabinets des sages-femmes appartenaient aux sages-femmes. Ils ne doivent pas avoir de même agrément mais il se trouve que celui qui se présente sur un bureau donne l'agrément d'une polyclinique ou une clinique mais quand vous rentrez là-bas les réalités ne sont pas les mêmes. Et donc qui souffre? C'est la population qui est victime de tout. Donc j'aurais voulu pour résoudre tous les problèmes de l'exercice de la médecine privée en Guinée, qu'on mette sur pied une élection de façon inclusive de l'ordre national des médecins de Guinée ».

En plus il indique « quand je dis que l'atmosphère est pollué, parce que quand le citoyen lambda diplômé en médecine, parce que la médecine n'est plus maintenant en publique elle est privée aussi. Si non avant il n’y avait qu'une seule faculté de médecine en Guinée, mais aujourd'hui avec l'extension démographie, il y a des universités privées collaborent avec la faculté de médecine de Gamal Abdel Nasser de Conakry et donc il y a beaucoup de demande d'agrément, et quand ils sont bloqués au niveau du ministère de la santé, ils ont obligé d'aller créé des ONG médicales c'est là-bas où le ministère de l'administration du territoire est intéressé ils vont avec leurs statuts et règlement intérieur pour dire que nous voulons créé une ONG médicale ».

Ibrahima Sory Camara


COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.