Grand marché de Dabondy : les femmes manifestent contre un libanais....!

23/9/2021

Depuis samedi dernier, rien ne va plus entre les femmes vendeuses au niveau du Grand marché de Dabondy et le Libanais qui est l’entrepreneur dudit marché. Et pour cause, ces femmes vendeuses l'accusent de vouloir déguerpir les occupants dans le but de transformer les locaux en unité de fabrication de matelas. Ce qui a motivé ces femmes et les tailleurs à taper les pavés pour s'entendre.

Interrogé sur place, la porte-parole des femmes occupantes Adama Fofana nous a expliqué la genèse du différend à propos des lieux qu'elles occupent.

« C'est le Pr Alpha Condé qui a donné ce marché aux femmes. Que nous allons rester ici pour quitter la route. La dernière fois le libanais avait tenté de nous déguerpir, nous sommes descendus à la présidence, il n'a pas trouvé de moyen. Samedi dernier le libanais et les policiers sont venus, que nous allons quitter ici il veut transformer ici en une usine de matelas », explique t-elle.


Poursuivant, Mme Fofana d’ajouter « on a nul part où aller à part ces trois hangars, même si on nous dit que le nouveau gouverneur a signé le papier, la commune a signé que nous allons quitter. Nous sommes allés chez le secrétaire général du marché Mr Nabé pour le même problème rien n'est au clair. Nous ne sommes que des vendeuses, 5 heures nous trouve ici. S'ils nous récupèrent ce marché nous allons faire quoi ? Président Mamady Doumbouya nous te prions de nous aider pour ne pas qu'on quitte le marché », a-t-elle lancé.

Quant au président de tailleurs Lansana Bissiril Camara, il a rappelé que « le nouveau président, dans son discours a dit qu’il est venu mettre fin aux problèmes des guinéens. À quelques semaines de son arrivée au pouvoir, les blancs sont venus nous déranger à notre travail. Ce n’est pas tout le marché mais les trois hangars qui appartiennent à la Guinée, ils n'ont qu'à nous laisser ça. Les quartiers ont été démolis, nous avons quitté là-bas en nous disant que c'est ici le lieu de travail qu'ils nous donnaient. S'ils nous disent aujourd'hui de quitter, pour donner le lieu aux libanais pour transformer ici en usine où nous allons partir maintenant », s’est interrogé M, Camaea, avant d'ajouter « il y a des marchés ici, les femmes sont assises dans les boues surtout à Dabondy. Il n'y a pas de place, la route est occupée, Bonfi et Sokoba ne sont pas les mêmes ».

Ibrahima Sory Camara

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.