Insalubrité publique : Les travailleurs de la société « Albarak Poubelle » en grève

8/11/2021

Après les travailleurs de la société Albarak transport, cette fois ci les travailleurs de la société Albarak poubelle, un service chargé de nettoyer la ville de Conakry qui sont entrés en grève ce lundi 08 novembre.

C'est à travers une manifestation desdits travailleurs de Conakry ont lancé cette grève et ils comptent aller jusqu'au bout.

Interrogé sur les motifs de leur revendication, le représentant du syndicat Mamadou Lamarana Condé est revenu sur la genèse du problème.

« Nous sommes là ce matin parce que pendant plus de 9 mois nous sommes derrière nos chefs dont le directeur général de la société pour qu'on puisse mettre en place un bureau syndical. Mais nous avons travaillé avec l'USTG qui a envoyé la lettre et la direction à refuser de signer la lettre pour accorder un jour aux travailleurs pour organiser l'élection syndicale. Alors que partout où nous avons, selon la règle et la loi du travail, à partir de 25 travailleurs il faut une structure syndicale .Donc si vous voyez aujourd'hui ce mouvement c'est à cause de ça, ».

Par ailleurs, il précise que les points de revendications des travailleurs sont : manque d'équipements pour les travailleurs, moins de protection pour les travailleurs, l'insécurité de travailler de nuit, et l'augmentation de salaire, car il est très petit, il y a certains qui perçoivent 700.000Fg, 800.000Fg jusqu'à 1.000.000. Donc cette fois ci nous voulons que ça augmente, il n’y a pas de savons pour les travailleurs, pas de prise en charge sanitaire, quand tu tombes malade tu ne seras pas pris en charge par la société. Et tous tes jours manqués seront supprimés dans ton salaire », a-t-il réclamé.

Pour finir, il sollicite auprès de la société pour la mise en place d’un bureau syndical car dit-il, s'il n y a pas un bureau syndical, les travailleurs ne vont jamais connaître une amélioration de leurs conditions de vies et travail et sans une augmentation de salaire à 4.000.000 fg, nous comptons aller jusqu'au au bout », exige-t-il.

Présent sur les lieux, le maire de la commune de Matoto Mamadouba Tos Camara s’est adressé aux grévistes en ces termes « vous avez dit qu'il n'y pas d'augmentation de salaire, j'ai demandé à la société qu'à partir de l'instant , de mettre un bulletin de paie obligatoire pour que chacun sache si ce qu'on a augmenté sur son salaire. Vous avez parlé de dotation en équipements, ils ont accepté, vous avez encore parlé de mettre une structure syndicale, ils ont accepté. Maintenant, je voudrais prochainement, qu'on mette un bulletin de paie pour que chaque salarié employé puisse connaître combien ils bénéficient et les primes qu'on doit lui accorder », dit-il.


Quant au porte-parole des bailleuses Mariama Djiba Bah, elle dira « depuis qu'on a commencé à travailler bientôt 7 ans avec les Turcs, mais tous les engagements qu'ils ont pris pour nous, ils n'ont pas respecté jusqu'à présent, notre salaire est très petit et pas de savons, pas d'eaux de javel, pas du lait, rien seulement notre salaire nous travaillons de 5h jusqu'à 14h sous le soleil ou la pluie. Moi je quitte Kagbelen chaque jour je commence le travail à 5h du matin jusqu'à 14h et quand j'ai enlevé le transport dedans chaque jour, avant le mois ça trouvait que j'avais fini de manger mon salaire ».
Toutes nos tentatives pour rencontrer les responsables de cette société, on a été empêchées par les forces de l'ordre.

A noter qu’au moment où nous quittons les lieux, tous les travailleurs étaient sommés par des forces de l'ordre de quitter le site.

Ibrahima Sory Camara

621269981

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.