ttt: G-CXWRMS296H

Migration/L'Afrique : Projet suisse de lutte contre la migration irrégulière

29/4/2022

Dans la première phase, le projet se concentre sur la Tunisie, le Maroc, la Guinée, le Mali et le Niger. Il a pour objectif d'améliorer les perspectives de vie des enfants et des jeunes.

La Suisse a débloqué 21,8 millions de francs (environ 21,5 millions d’euros) sur quatre ans pour un projet visant à dissuader des enfants et adolescents d’Afrique du Nord et de l’Ouest d’emprunter la route dangereuse de la Méditerranée pour rejoindre l’Europe illégalement. Selon le Conseil fédéral suisse, le projet se concentre, dans une première phase, sur la Tunisie, le Maroc, la Guinée, le Mali et le Niger, cinq pays de départ et de transit des migrants irréguliers vers l’Europe.
Environ 26 pour cent du budget alloué à ce projet sera utilisé au Maroc et en Tunisie: « deux pays à partir desquels des mineurs tentent souvent de migrer de manière irrégulière vers l’Europe », a indiqué le Conseil. Une grande partie du financement sera consacrée à l’encadrement et l’intégration des enfants et des adolescents dans la région. L’idée est d’améliorer les perspectives de vie de ces jeunes et de créer des alternatives leur permettant de mieux s’intégrer dans leurs régions et leurs pays d’origine, a-t-on expliqué.

En Afrique, la pauvreté, l’absence de perspectives économiques, les conflits armés, le changement climatique ou encore la rigidité des traditions, des coutumes et du carcan social, en particulier pour les filles, sont les principales raisons qui poussent les jeunes à quitter leur pays, a-t-on affirmé. La pandémie de Covid-19 et ses conséquences économiques et sociales ont eu pour effet d’intensifier la pression migratoire dans la région et d’accroître encore les risques le long des itinéraires empruntés par les migrants, a-t-on ajouté.

« Les risques sont grands pour ces jeunes d’être victimes de la traite des êtres humains, de tomber dans les griffes de trafiquants de drogue ou d’autres organisations criminelles ou encore d’être enrôlés par des groupes extrémistes ayant des accointances avec le terrorisme », a-t-on prévenu. Chaque année, cinq millions d’enfants et d’adolescents d’Afrique du Nord et de l’Ouest se retrouvent sur les routes de l’exil. Bien souvent, ils ne sont pas accompagnés et s’exposent ainsi à de graves dangers, a rappelé le Conseil fédéral suisse, citant des « estimations » de l’Organisation des Nations unies (ONU).

dpa

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.