Projet communautaire de relance et de stabilisation au Sahel

23/6/2021

Une attention particulière sera portée aux populations vulnérables, qui comprennent les femmes, les jeunes, les personnes déplacées et les personnes handicapées.

Tunis (dpa) - La Banque mondiale (BM) a alloué 352,5 millions de dollars pour le « Projet communautaire de relance et de stabilisation au Sahel » qui bénéficiera à plus de huit millions d’habitants du « Liptako-Gourma », une zone frontalière partagée entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Ce projet est conçu dans un cadre régional pour lutter contre le cercle vicieux de la fragilité qui sévit de longue date dans cette région considérée comme l’une des plus pauvres, des plus vulnérables aux facteurs climatiques et des plus marginalisées au monde, a annoncé la BM.

Il soutiendra la mise en place d’infrastructures et de services socio-économiques intégrés, la création de moyens de subsistance et le développement territorial, la collecte de données à l’échelle de la région et la coordination d’activités pour faire face à des risques multidimensionnels et étroitement liés, a-t-on ajouté. Les investissements prioritaires concernent le financement du rétablissement des moyens de subsistance et la création d’activités génératrices de revenus résilientes face au changement climatique, la fourniture de biens ménagers et la mise en place de petits équipements de base dans les collectivités touchées par les conflits, a-t-on indiqué.

À cet égard, les communes accueillant une forte proportion de personnes déplacées recevront une attention particulière. Elles bénéficieront notamment d’investissements plurisectoriels visant à élargir l’accès à des équipements et à des services socio-économiques (en particulier pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement), d’initiatives pour le développement économique local et d’interventions en faveur de la gestion des ressources environnementales et naturelles, a-t-on précisé.

Le projet cible également des interventions pour lutter contre les facteurs de la fragilité, des conflits et de la violence (FCV), et se concentre sur les populations les plus vulnérables, y compris les personnes déplacées de force. Une attention particulière sera portée aux populations vulnérables, qui comprennent les femmes, les jeunes, les personnes déplacées et les personnes handicapées, dans les zones couvertes par ces interventions.

Plus de 80 pour cent des 17 millions d’habitants de la région du Liptako-Gourma vivent dans des zones rurales sans accès à des services de base ou encore à des débouchés économiques, et tirent essentiellement leurs moyens de subsistance de l’agriculture et de l’élevage, a-t-on rappelé.
Source: dpa

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.