Repos biologique et ses conséquences : les plaidoyers des pêcheurs et vendeuses de poissons du Port de pêche de Bonfi

15/7/2021

Du 1er juillet au 1er septembre prochain, le gouvernement guinéen à travers un communiqué rendu public par le ministère des pêcheurs, de l'aquaculture et l’économie maritime, interdit toute opération de pêche sur toute l'étendue du territoire national, afin de permettre aux espaces halieutiques de se reproduire dans des conditions plus ou moins stables et adéquates.

Ce mercredi 14 juillet, notre équipe s'est rendu au mini port de Bonfi dans la commune de Matoto, afin de s'enquérir l'application de cette mesure mais les conséquences qui en découlent sur les consommateurs et les pécheurs.

Interrogé sur place, le commandant de Brigade et en même temps chef des pêcheurs du port de Bonfi Alpha Seny Camara, pense que cette décision est salutaire sur plusieurs raisons :

« Bon cette décision est bonne pour nous sur plusieurs raisons. Parce qu'elle permet aux poissons de se reproduire et accorde un temps de repos aussi aux pêcheurs. En plus c'est une période aussi de vent violent sur la mère qui peut coûter la vie à des pêcheurs sur la mer. Donc c'est une bonne décision de la part du gouvernement ».


Plus loin il ajouta « c'est vrai que cela va impacter le panier de la ménagère parce qu’il trouve qu'il n'y a pas de stock mais la vie de pêcheurs avant tout et surtout on sait que c'est une période de la session pluvieuse accompagner par des vents violents ».

Quant à Ibrahima Cissé pêcheur du même port, cette décision est un couteau à double tranchant et d’ajouter « d'une part c'est une bonne décision et d'autre part non. Car il y a plusieurs types de pêches ceux qui pêchent les Snapas, Bontogoni, les poteries, les Konkoés, etc. », eux une fois que la session pluvieuse commence comme le mois d'août, ils décident eux-mêmes de ne pas sortir parce qu'il aura trop de vents violents en mer. Mais il y'a d'autres qui sortent parce que ceux-ci ne vont pas loin sur la mer, ils pêchent juste certains poissons qui ne vont pas au profondeur de la mer, pour ne pas avoir la rupture au niveau de la population », a-t-il précisé.


Pécheur de son Etat, Ibrahima Cissé a tout de même souligné qu’en « cette période, les femmes souffrent beaucoup au marché, même ici au port. Parce qu’elles achètent cher le port au port et elles sont obligées d’augmenter le prix sur le marché de consommations »

De son côté, la vendeuse des poissons Makalé Bangoura justifie que celle décision a beaucoup impacté sur leurs activités quotidiennes « la décision nous nous impacté déjà parce que cette session pluvieuse, le prix du poisson est cher qu'avant. Parce qu’il n’y a pas de pêcheurs actuellement comme avant. Et le peu qu'on reçoit est insuffisant on dit suivant il y a le vent violent sur la mer. Quand un patron peut dépenser 10.000.000 si les pêcheurs ne ramènent pas assez de poisson c'est n'est pas facile de s'en sortir. Donc tu es obligé de revendre cher. Il y a certains qui ne parviennent pas a récupérer les dix millions dépensés. Donc c'est ce qui fait que le prix de poisson est cher sur le marché. En plus, nous n’avons pas de chambres froides ici au port Bonfi », a révélé Mme Bangoura.

« Nous demandons au gouvernement de nous aider à avoir une usine de chambre froide, et un hangar, parce tous les poisons qu'on prendre ne seront pas vendus le même jour et s’il y a un une chambre froide où il peut les conserver, ç a peut nous aider ».

A noter que toutes nos tentatives de joindre le président des Associations des Pêcheurs de Guinée est restée vain.

www.conakrylive.info

COMMENTAIRES



Tags









Facebook

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html

Twitter

https://www.conakrylive.info/Guin__eMigration_irr__guli__re___La_r__insertion_socioprofession.html







Menu

Contact Us

Remplissez le formulaire de contact en cliquant ici pour nous contacter !
On vous repond rapidement.